Communiqué de Valérie Laupies : « Molière à l’école » (3 avril 2017)

Communiqué de Valérie Laupies : « Molière à l’école » (3 avril 2017)

 Molière à l’école

Communiqué de Valérie Laupies
3 avril 2017

 

Marine a prévu de « réserver la moitié du temps d’enseignement au français, à l’écrit comme à l’oral » à l’école primaire.

Or, cet engagement est moqué par certains de nos adversaires qui voudraient y voir une obsession de notre part, sans fondement. Pourtant, aux abords des écoles en « zone d’éducation prioritaire», on n’entend quasiment plus parler le français, fait significatif que celui-ci n’est pas considéré comme fondamental pour l’éducation des enfants et pour l’Ecole.  Il faut dire que les élèves et leurs parents ne sont pas encouragés à parler notre langue vernaculaire puisque des cours d’arabe sont proposés au sein même des établissements scolaires (ELCO).

Si les LR se contentent de « la clause Molière » imposant le français sur les chantiers, notre programme, lui, s’empare du mal à la racine. En effet, en dehors de la suppression des cours d’ELCO, les exigences sur l’écrit et l’oral de la langue française seront constantes dans toutes les matières enseignées. Son évaluation notée portera sur des connaissances clairement définies comme « la lecture », « l’orthographe », « la grammaire », « la conjugaison », « la rédaction ». Par conséquent, l’enseignement du français correspondra à 50 % du temps scolaire en primaire.

La défense de notre langue suppose aussi que les parents d’élèves la pratiquent dans l’espace public. Marine est prête à soutenir l’enseignement du français pour les adultes immigrés installés sur notre sol à condition que ceux-ci s’engagent à le parler et notamment en accompagnant leurs enfants à l’école.

Ce poste a été rédigé par
Les commentaires sont fermés.