Jean-Paul Brighelli, La Fabrique du crétin (La mort programmée de l’école) (J.-C. Gawsewitch éditeur, 2005.)

Jean-Paul Brighelli, La Fabrique du crétin (La mort programmée de l’école) (J.-C. Gawsewitch éditeur, 2005.)

Nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu’on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d’années ce qui fut l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses « preuves » : l’école a cessé d’être le moteur d’un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent. Dès lors, que faire ?

Jean-Paul Brighelli analyse avec une lucidité féroce, sans nostalgie exagérée, cette école de la réussite devenue si souvent école de l’échec programmé et donne des solutions pour une école de demain. Normalien, agrégé de Lettres, il a, du collège à l’université, parcouru l’essentiel du paysage éducatif. Longtemps impliqué dans l’édition scolaire et para-scolaire, il en démonte au passage les mécanismes et les intérêts convergents.

Ce poste a été rédigé par
Les commentaires sont fermés.